Lorsqu’on part en voyage, toutes les conditions sont propices pour tisser de nouveaux liens et créer de nouvelles amitiés. Au départ, la majorité des voyageurs solos partent à la conquête d’un pays, mais reviennent avec une multitude d’expériences partagées avec de nouvelles connaissances. Si certaines de ces rencontres sont futiles, d’autres ont la capacité de bouleverser votre vie. Dans certains cas, c’est l’amour qui mène à ces instants inoubliables. L’amour dans son état le simple et le plus pur.

Il y a quatre mois, alors que j’étais en voyage humanitaire en Afrique, j’ai rencontré une fille formidable. Formidable non pas parce qu’elle a gradué à des écoles prestigieuses ni parce qu’elle a réussi plusieurs exploits sportifs, formidable puisque, à chaque jour, sa bonne humeur, sa joie et son sourire étaient contagieux et ne laissaient personne indifférent.

Avec notre organisation humanitaire, nous pouvions prendre contact avec les autres volontaires avant notre départ aussitôt que notre inscription était confirmée. Ainsi, puisque nous étions les seuls à travailler dans un orphelinat, nous avons pu profiter de deux mois pour apprendre à mieux se connaître. Il s’agissait de son premier voyage solo et, puisque j’avais déjà vécu une expérience similaire l’année précédente, je pouvais l’aider à surmonter ses incertitudes en lui donnant quelques conseils. Ainsi, un lien de confiance s’est rapidement établi.

LE JOUR J

Après deux mois à s’échanger des messages textes, il était maintenant temps de se rencontrer et voir la vraie personnalité de chacun. Cette étape peut être décevante voire même fatale puisque l’on projette rarement nos défauts à travers les médias sociaux. Dans notre cas, la fébrilité et l’excitation étaient palpables telles un premier rendez-vous. Le matin de son arrivée, je sus aussitôt qu’elle eut passé le seuil de la porte que tout allait être différent, que mon séjour allait devenir plus mémorable. Ses yeux me cherchaient et aussitôt qu’elle me vit, nous nous sommes échangé un large sourire. C’était comme si nous nous connaissions depuis longtemps.

En une semaine, nous avons appris à mieux nous connaître et notre amitié avait déjà pris de l’ampleur. La confiance s’est gagnée rapidement, la glace était brisée, le premier baiser échangé. Chaque instant était précieux et même si notre horaire nous forçait à être ensemble à chaque jour, on ne se lassait pas des instants que l’on devait partager.

En peu de temps, nous nous sommes mis à partager une vie de couple. Toutes les inquiétudes se sont dissipées, les activités avaient maintenant toutes un cachet plus romantique et nous n’avions pas peur de nous rapprocher à l’extérieur. On se plaisait physiquement et psychologiquement et on s’appréciait tels qu’on était, sans caprice ni bavure. L’attirance était réciproque. Nous nous surprenions à chaque jour, nous riions de nos malheurs et partagions les mêmes idées. Nous vivions le pur bonheur. Tout était si simple et facile et le temps a défilé à vive allure. Beaucoup trop rapidement. En un claquement de doigts, je devais plier bagage pour retourner au Québec en laissant quelque chose de spécial derrière.

LA VÉRITÉ

La vérité c’est que ça fait mal. Retourner dans son quotidien après être revenu d’un long voyage fait mal, mais laisser un amour honnête derrière, c’est encore plus dur. Vous perdez la magie des paysages de votre expédition et les sentiments les plus forts qu’une personne puisse connaître du même coup. Elle a essayé de me convaincre de prolonger mon séjour, mais les billets d’avion devenaient trop chers… Si seulement je pouvais ravoir ce choix et rester deux semaines supplémentaires.

La vérité c’est aussi qu’elle m’a aidé à devenir quelqu’un de meilleur. Elle m’a redonné la confiance que j’avais jadis perdue depuis plusieurs années. Elle m’a fait voir la beauté de chaque instant et accordait moins d’importance aux accrocs. La vraie définition de simplicité. Tout paraissait plus merveilleux avec elle et rien n’avait besoin d’être forcé. J’espère lui avoir laissé la même impression.

Lorsqu’un couple décide de rompre, il y a une raison qui les a poussés vers cette voie; une dispute, une trahison, un désaccord. Même s’il peut être difficile de vivre la séparation, quelque chose a tout de même été brisé et n’a pu être réparé. On s’en remet et on continue notre chemin. On rencontre quelqu’un d’autre et la vie reprend son cours. Lorsqu’on doit se laisser sur des sentiments toujours forts, vivants et réciproques, la chute est plus abrupte. On sort pour se changer les idées, on essaie de retrouver ces sentiments perdus avec quelqu’un d’autre, mais encore là, la vérité c’est qu’on s’égard et que cette personne ne peut être remplacée, du moins, pas pour l’instant. Vos sorties entre chums ne peuvent pas accoter le safari que vous aurez fait ensemble et ses yeux qui pétillaient d’émerveillement. Au moins, au bout d’un instant, on remonte tranquillement la pente et on s’habitue à son absence, mais on ne l’oublie pas. C’est un vide qui s’installe et on apprend à vivre avec chaque jour. Je me demande encore quelle est l’étape suivante…

Malgré le temps qui avance et les kilomètres qui nous séparent, il y a des personnes que l’on ne pourra jamais oublier. Chaque fois qu’on me parle d’elle, un sourire de nostalgie s’affiche sur mon visage. J’ai été l’homme le plus heureux pendant un mois et on ne pourra jamais m’enlever ces moments purs et sincères. Bien qu’il fût illusoire, j’ai eu la chance de vivre un grand amour et ce sont les jours les plus magiques que j’ai eu la chance de vivre. Son sourire me manque, son énergie me manque, sa présence me manque, mais au-delà de tout ça, ce qui me manque le plus, c’est de la voir comblée et heureuse. Malgré le dur retour à la réalité que cette aventure a pu amener, je n’y changerais pas une seule virgule.

 Article rédigé par Tommy Trudel

À lire également sur Nomade Magazine :